Stages longue durée

Coline Gavard, stagiaire (10 mois) aux Écuries de Berlion :

« Je suis arrivée au Berlion aux côtés de Rio en cherchant à mieux connaître les chevaux, et surtout à comprendre comment mêler travail et bien être du cheval.

Nous nous sommes tout de suite sentis chez nous avec mon petit cheval blond en arrivant chez Gina, qui est toujours en recherche et qui met un point d’honneur à respecter les besoins et la nature profonde de chaque cheval.

Rio s’est installé dans cette ambiance comme s’il y avait toujours vécu, ce qui n’était pas évident pour un petit cheval qui n’avait jamais voyagé ni changé de décor.

En 10 mois au Berlion, j’ai avancé autant au niveau personnel qu’au niveau équestre. Rio a changé, il a pris confiance en lui, m’a révélé des qualités que je ne lui soupçonnais pas. De mon côté, j’ai réalisé l’implication et la constance que demandait le fait d’être cavalier, mais j’ai surtout trouvé un véritable intérêt au dressage, confirmant qu’il pouvait bénéficier au cheval et le rendre vif, souple et volontaire. C’est, à mon sens, ce qui justifie tous les efforts du cavalier et mon séjour aux écuries m’a permis de le clarifier.

J’ai pu être témoin de l’efficacité d’une approche holistique du cheval, et voir enfin des chevaux “athlètes heureux”, bien dans leur corps et leur esprit.

Je remercie Gina de m’avoir prouvé que mes intuitions de l’époque étaient fondées et que le travail et le plaisir du cheval ne sont pas antinomiques si l’on ose sortir des carcans des méthodes toutes faites.

Je suis repartie changée, des idées et des envies plein la tête, avec la volonté de progresser encore et de revenir régulièrement aux écuries. Et bien sûr avec un cheval changé également, confiant, expressif et plein d’une vivacité nouvelle qu’un dressage bien mené lui a permis révéler au grand jour. »

Coline Gavard, le 29/12/2015

 

Histoires de stagiaires

temoignages-vicomte-laetitia-1

temoignages-Vicomte-laetitia-2

temoignages-Vicomte-Laetitia-3

L’histoire de Vicomte et Laetitia

Ou l’exemple d’une élève investie, réfléchie et consciencieuse avec son cheval…

J’ai la chance, dans ma vie professionnelle, de rencontrer des personnalités diverses et variées, des couples cavaliers-chevaux atypiques, des plus discrets, des travailleurs et besogneux, des paniqués, des rêveurs, etc… Pour lesquels je dois adapter mon enseignement et ma pédagogie, pour qu’ils puissent se comprendre et se faire comprendre, quelques soient les disciplines pratiquées.
Beaucoup d’élèves, recherchent des solutions au travers différentes méthodes. Je n’ai pas de jugement sur une méthode ou une autre tant que la personne qui la pratique n’y inclut aucune intention de violence, de peur, de colère, d’incompréhension.
Mon but étant d’autonomiser mes élèves dans leur propre démarche, et de les diriger vers le chemin qui est le leur, en utilisant les outils les plus simples possibles. Le fait de les amener vers une véritable solidité qui pourra sécuriser leur cheval dans toutes les situations, est une priorité avant tout autre acte.

Le cas de Laetitia et Vicomte n’est pas original et c’est justement pour cela qu’il en est un exemple.

Laetitia a acheté son cheval après son sevrage, dans son élevage natal. De belles origines de dressage, une constitution intéressante, une robe bai foncé luisante, bref, un joli rêve de jeune femme qui se réalise.
Le cheval grandit, il est accompagné d’un congénère, vit au pré, sa propriétaire s’en occupe quotidiennement, il est suivi régulièrement par un veto, maréchal ou pareur, dentiste équin, osteo, etc.. Et Laetitia patiente tranquillement jusqu’à ses 5 ans pour le débourrage, qu’elle fait elle-même, en prenant son temps car elle n’est pas pressée, elle veut bien faire les choses. Tout est là pour que ce cheval puisse être bien dans sa peau et dans sa tête.

Mais, car il y a un MAIS…

L’été dernier, Vicomte présente des signes d’agressivité, d’agacements, il est instable et peu patient. Il développe des formes de sarcoïdes sous l’encolure et une cheloïde grosse comme un ballon de handball sur le jarret gauche.
Laetitia s’inquiète, elle fait tout ce qui est en son pouvoir pour changer la donne, véto, éthologie, soins en médecines parallèles mais rien n’y fait. Au contraire.

Elle vient donc faire un stage de 5 jours à la maison, en raison d’une séance par jour.

La première séance était évidemment volcanique, le cheval était en colère, très en colère avec une nature susceptible… Il ne voulait clairement pas rentrer en communication avec nous. Il était paniqué, cherchait les autres chevaux, si je l’approchais, il mordait et s’enfuyait. Le message était clair, l’humain n’était pas la sécurité.
Il a accepté de me suivre au bout de 3/4h. J’ai pu lui mettre son licol et m’apercevoir qu’il avait plusieurs zones de fortes chaleurs sur le chanfrein et sur la nuque, là ou passait son licol corde… J’ai donc demandé à Laetitia de lui mettre un licol plat. Et le travail de remise en confiance à pu commencer.

En quelques jours, Laetitia qui était désemparée, donc peu rassurante pour son cheval, s’est prise en charge, elle a travaillé pour rester calme et constante dans toutes les situations. Être ferme sans agacements ni colère, sans juger son manque de savoir et d’expérience, et surtout ne pas culpabiliser de cette situation. Elle a compris que ce n’était pas cela, la clé du succès!

Évidemment, Rome ne s’est pas fait en un jour, mais les progrès de ce couple cavalier-cheval étaient présents quotidiennement.

Vicomte a repris confiance peu à peu, il est devenu plus calme, s’est remis à manger, acceptait le mors sans problème, n’ayant pas de mauvais souvenirs du poids du cavalier, il n’avait pas de problème à être monté, mais la mémoire de la douleur du licol corde était encore présente.
Au 5eme jour, il ne bougeait plus lorsqu’on approchait la main de son chanfrein. Laetitia et Vicomte sont donc partis à la fin du stage avec une nette amélioration mais encore très fragile pour les deux. Nous restons en contact et Laetitia vient prendre des cours réguliers avec mes chevaux. Elle me tient donc au courant de leur évolution positive, avec des doutes et des questionnements mais du mieux.

Elle revient donc, quelques mois plus tard pour un stage de 15 jours, et là, je ne peux que constater les énormes progrès de ce couple cavalier-cheval. Vicomte est toujours d’une nature inquiète mais son stress redescend dès lors que sa propriétaire le raisonne, par son calme et sa tranquillité.
Nous avons pu avancer sur ses problèmes d’équilibre à pied, qui engendraient des problèmes de comportement par la suite (précipitation), nous avons pu travailler sur son problème d’équilibre monté ainsi qu’aux trois allures, à la précision des demandes de la cavalière ainsi qu’à la qualité de son assiette. Autant dire, les problèmes de n’importe quel cheval !

J’ai pu constater à quel point Laetitia se prenait en charge, n’attendant pas que je sois derrière elle constamment pour oser des choses, observant les réponses de son cheval et modifiant ses demandes en fonction, bref, elle devenait autonome et je reprenais un rôle d’enseignante d’équitation au lieu d’éducatrice équine (ou plutôt humaine face aux équins).

Je suis évidemment très fière d’avoir pu les guider sur ce chemin, mais surtout de les voir partir confiants et sereins.

Aujourd’hui, les sarcoïdes de Vicomte se détachent, sa chéloïde est en train de sécher et de diminuer, Laetitia s’écoute lorsqu’elle rencontre une difficulté avec son cheval. Elle observe la situation et trouve la solution elle-même, en restant calme et constante.

J’ai eu de nombreux cas comme celui-ci mais l’histoire de Vicomte et Laetitia est pour moi un exemple de patience et persévérance. Je suis certaine que d’autres cavaliers propriétaires se reconnaîtront à travers cette histoire et qu’elle les encouragera à prendre leur responsabilité face à leur chevaux, sans jugement, ni envers leur cheval, ni envers eux-même, en s’adaptant au rythme de chacun et à leurs propres capacités.

Laetitia m’a confié, récemment, qu’elle avait eu des retours de personnes proches d’elle, qui étaient agréablement surprises du calme et de la complicité qui régnait entre son cheval et elle… De belles envolées équestres se dévoilent donc pour eux à l’horizon…

Gina Pitti.